Le genre particulier de la Vanité est une métaphore de la mort et de la façon dont on aborde cet état. Cette interrogation philosophique sur notre place et notre rôle vis-à-vis des autres me permet d’accéder à une forme de spiritualité, de m’ouvrir à un espace mental. L’art est une chose spirituelle, un lieu d’édification et de recueillement. C’est par ce processus de cristallisation d’images et de métaphores à partir d’objets familiers que se crée ce sentiment de poésie. Je ne cherche pas à cultiver l’idée de l’horreur mais bien au contraire à accéder au sentiment de paix.

Sylvie Abélanet

© Sylvie Abélanet 2019

© Adagp, Paris, 2017

  • Facebook
  • YouTube